Agneau mystique : volets extérieurs restaurés !

Les volets extérieurs de l'Agneau mystique et leurs cadres sont restaurés et le résultat est spectaculaire!

Grâce au travail d’étude et de traitement des restaurateurs de l'IRPA depuis 2012, les peintures et les cadres des volets extérieurs de l’Agneau mystique sont revenus complètement transformés à la cathédrale Saint-Bavon où vous pouvez les admirer gratuitement jusqu'à ce dimanche!

Leur restauration a révélé leur qualité exceptionnelle et a permis de retrouver l’art de Van Eyck, caché depuis des siècles sous des surpeints ! 

Lorsque la restauration a débuté en octobre 2012, seuls l’enlèvement de vernis modernes oxydés et de retouches relativement récentes, la conservation des supports et le fixage des couches picturales avaient été envisagés. Mais au fil de leur travail, les restaurateurs ont découvert que la surface picturale était couverte de surpeints anciens très étendus dont la présence était restée insoupçonnée depuis des siècles. Ces surpeints dataient au moins du 17e siècle, et même peut-être du 16e, ce qui signifie que l’exceptionnelle qualité picturale du revers du retable de l’Agneau mystique n’avait jamais pu être admirée depuis au moins 400 ans.

La détection des surpeints n’a pas été aisée : ils étaient noyés dans les vernis anciens, leur qualité et leur état étaient variables, ils couvraient des zones entières de la composition en imitant l’original et présentaient un réseau de craquelures similaire à celui de la peinture sous-jacente des Van Eyck.

Les investigations supplémentaires menées par les restaurateurs, les laboratoires de l’IRPA, l’Université de Gand et l’Université d’Anvers ont conclu que les surpeints, qui couvraient 70 % de la surface, pouvaient être éliminés sans danger pour la peinture originale. Avec le soutien d’une commission internationale d’experts, la décision fut donc prise de dégager l’original. Ce dégagement a demandé du temps, de la minutie et du savoir-faire  car il a dû se faire au scalpel sous microscope, centimètre par centimètre ! Mais le résultat fut à la mesure de l’entreprise : sous les surpeints se cachait une peinture en bon état de conservation, marquée seulement par quelques usures et lacunes. Après le dégagement, les restaurateurs ont progressivement et minutieusement procédé à la retouche pour retrouver une unité de lecture et mettre en valeur les modelés subtils des Van Eyck.

C’est à la renaissance d’une œuvre de près de 600 ans (1432) que l’on assiste ici et les révélations apportées par ce traitement sont exceptionnelles, tant du point de vue iconographique qu’esthétique. Les panneaux ont retrouvé leur essence même et c’est à une nouvelle lecture iconographique que la restauration a mené. Elle a aussi révélé l’extraordinaire technique des frères Van Eyck caractérisée notamment par un sens de l’observation inégalé et une profonde compréhension de l’interaction entre la lumière et les matières représentées, pour parvenir à donner l'illusion, sur une surface plane, d'un monde en trois dimensions, comme aucun autre peintre n’était parvenu à le faire auparavant. Enfin, l’authenticité du quatrain – l’inscription présente sur les cadres des volets extérieurs – confirme la participation des deux frères.

Les panneaux du registre inférieur ont à leur tour pris le chemin de l’atelier de restauration installé au MSK de Gand, où le public pourra continuer de suivre le traitement. Les restaurateurs ont déjà pu démontrer, à l’aide d’imagerie scientifique, que de nombreuses zones de l’intérieur sont également repeintes. L’étendue de ces surpeints n’est par contre pas encore connue. Les restaurateurs vont procéder à une étude approfondie des panneaux et les prochains mois vont donc être déterminants. Le ministre flamand de la Culture, Sven Gatz, a annoncé que si l’étude montre que des traitements de restauration complémentaires sont nécessaires, il cherchera une solution en concertation avec le gouvernement flamand. Pour l'IRPA, l'idéal serait bien sûr de pouvoir restaurer tous les panneaux du retable au même niveau, si c'est possible. Toerisme Vlaanderen projette une ambitieuse exposition autour de Van Eyck en 2020 au Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK) et la mise sur pied d’un centre du visiteur dans la cathédrale Saint-Bavon...

L’exposition restauration/RÉVÉLATION. Les volets extérieurs de l’Agneau mystique, au Caermersklooster de Gand jusqu'au 28 mai 2017, explique et illustre ce traitement unique. Une projection grandeur nature des volets extérieurs retrace les quatre années de restauration en quelques minutes. Le catalogue de l’exposition, qui fait la part belle aux illustrations d’avant, pendant et après restauration, est la première publication qui montre les volets extérieurs et leurs cadres après restauration. 

011_mobile_400 012_mobile_400

Détail de la tête d'Elisabeth Borluut, avant et après traitement.